• Elo

Bat&Bamboo à Battambang 🦇🎍

Dernière mise à jour : 16 avr.

Le samedi, c'est permis, après une petite séance d'école, c'est parti pour la découverte du sud de Battambang.


C'est Bôn qui nous emmène dans son TukTuk à la découverte du Bamboo train.

En réalité il y en a deux : l'original consiste en une petite plateforme de bois montée sur 4 essieux et équipée d'un moteur amovible (un coup à gauche pour aller dans un sens, un coup à droite pour aller dans l'autre sens). C'était un moyen de transport système D trouvé par les villageois pour tirer bénéfice des rails de l'ancien chemin de fer et transporter le bambou et les fruits de la campagne à la ville. Il ne reste plus qu'un petit tronçon, qui se réduit comme peau de chagrin. Car le gouvernement, informé de ce qui est devenu une attraction touristique rentable, a construit son propre bambou train tout neuf, un peu plus loin, et a interdit l'ancien bamboo train. Les villageois le maintiennent tout de même en marche, mais une autoroute en construction traverse les voies, et il n’est donc plus possible d’aller que d’un côté.

Toujours est-il que nous avons savouré la petite partie restante, teintée d’une saveur particulière de nostalgie d’une époque bientôt révolue.



Gabin, notre drone master a encore fait des prouesses, en faisant décoller le drone du bamboo train en marche, puis atterrir sur les rails à quelques mètres du train pour le récupérer ! Et tout ça, tout en ayant perdu le contrôle visuel depuis la télécommande du fait d’un faux contact…



Après ce petit tour de train décoiffant, c’est reparti pour le tuk tuk à travers les rizières et les petits villages du sud de Battambang. Bôn nous explique la condition difficile d’être né dans la campagne cambodgienne dans une famille pauvre, les différentes façons de s’en sortir, le travail illégal en Thaïlande, le travail sur les chantiers en ville, le mariage des filles (mais ici, c’est l’homme qui doit apporter la dot), le travail des enfants dans les rizières, les tentatives d’éduquer les enfants mais les difficultés de trouver un travail, même avec un diplôme, sans relations dans un pays où le népotisme règne en maître.

Il nous explique les conditions difficiles des agriculteurs producteurs de riz soumis aux aléas des pluies et la dépendance aux systèmes d’irrigation. Pas assez de pluie, et 1 seule récolte par an peut être faite. Trop de pluie et la 2ème récolte est perdue aussi, noyée si non repiquée à temps.

Il nous parle du bouddhisme, religion de 85% des Cambodgiens, du choix pour certains d’être moine, de quelques mois à quelques années ou pour la vie.



Puis nous arrivons à la « Killing Cave », lieu de détention et de torture utilisé par les Khmers Rouges qui y ont fait disparaitre 10 000 personnes « indésirables » ou les personnes qui ont tenté de fuir vers la Thaïlande toute proche.



Une fois redescendus au pied de la colline, ce sont 5 millions de chauves-souris qui sortent en volutes de leur grotte au moment du coucher du soleil et nous offrent un superbe ballet. Elles vont chercher les insectes au-dessus des rizières. Les Khmers aussi sont au rendez-vous pour le spectacle, en famille attablés autour d'une boisson ou d'un petit repas.

Il est temps de repartir pour le centre de Battambang après une journée encore riche en découvertes.


Et une nouvelle photo mystère…


Crédit musique :

Artiste : Astronomy Class,

Album : Mekong Delta Sunrise

Titre : Woman Wants to Drink, 2014

184 vues15 commentaires

Posts récents

Voir tout