• Elo

Tour du 🌎 pratique !

Dernière mise à jour : 10 avr.

Un tour du monde, en pratique, comment on fait ? On prend un billet d’avion et c’est parti ?

Jusqu’ici vous avez vu de belles photos, des bonds d’un pays à l’autre, et hop, voilà le tour du monde ! Mais en pratique, il y a toute une organisation… Petite revue un peu en vrac de ce qu’il faut prévoir et gérer au quotidien…

Gestion de l’argent

De façon bassement matérielle, la première chose à prévoir en arrivant dans un pays est de se procurer la monnaie locale.

Nous ne sommes partis qu’avec quelques centaines d’euros en espèces, et deux cartes bancaires chacun, une Visa, une American Express. Nous avons privilégié le retrait d'espèces en monnaie locale dans le pays plutôt que le change (évite de transporter des dollars ou euros sur soi de pays en pays). Donc prévoir une carte visa avec retraits internationaux gratuits. Si possible prévoir 2eme carte d'un autre réseau de paiement (American express, MasterCard). Et aussi prévenir sa banque des pays traversés pour éviter le blocage des paiements pour suspicion de fraude. En Inde, nous avons eu des difficultés à trouver des ATM (distributeurs) qui acceptaient nos cartes. Et le retrait d’espèces est quasiment toujours plafonné (à environ 100€ en Inde, 150€ au Népal, 100€ au Guatemala, etc).

Nous utilisons une application de suivi de budget où l'on entre toutes nos dépenses (au dollar, queztal, riel, roupie indienne ou à la roupie népalaise près). Avec suivi prévisionnel/consommé/reste disponible.

  • Pour le Canada, on a tenu notre budget prévu pour 45 jours tout en restant 53 jours (bon on a aussi été hébergés par Audrey et par Lamar, ça aide 😊).

  • Au Guatemala on a dépassé notre budget de 500€ (à 4 sur 45 jours) tout en ayant pris un super guide chauffeur, Byron qui nous a accompagnés pendant 17 jours (ce qui n’était pas prévu initialement), soit un dépassement de 0,25€ par jour et par personne.

  • Aux États-Unis on a dépassé notre budget de 200€ pour un séjour de 30 jours.

  • Pour le Cambodge, on a dépassé le budget de 70€ pour un séjour de 45 Jours (sachant qu'on impute nos billets d'avions au pays de destination et que ce billet-là - traversée du Pacifique - a été beaucoup plus cher que prévu, covid oblige car moins de vols disponibles).

  • Pour l’Inde on a dépensé seulement 66% de notre budget.

  • Et pour le Népal, on prévoit une consommation de 90% de notre budget, tout en faisant 1 safari, 1 petit trek et probablement une descente de 2 jours en rafting.

D’où, avant le départ, l’importance de bien estimer son budget (en tout cas pour nous qui n’aimons pas prendre de risques…). Ce qui nous a beaucoup aidé : les prix indicatifs journaliers par pays donnés par tourdumondiste.com 👍

Hébergements :

Pour les hébergements, nous privilégions les recommandations par les personnes rencontrées et par les hôtes eux-mêmes pour la prochaine destination. Nous utilisons aussi assidument les applications : Booking, avis Google, etc

Et nous contactons les hotels/guesthouses en direct si plusieurs nuits pour négocier le tarif. Nous privilégions aussi les chambres familiales quand disponibles. Ainsi, nous diminuons le prix des nuitées (si possible, on demande d’ajouter un matelas par terre dans une chambre pour 3).

Nos critères de choix :

  • bonne localisation près du centre pour pouvoir mener notre vie quotidienne à pied (visites, magasins d'alimentation, restos)

  • chambre familiale (moins chère que 2 chambres doubles et on a pris l'habitude vivre tous les 4 ensemble). D'ailleurs, les quelques rares fois où nous n'étions pas dans la même chambre, on se retrouvait finalement tous dans la même, sauf pour dormir 😂.

  • lieu permettant de faire l'école et le collège, donc calme, avec table et chaises (en général on utilise le lieu de petit-déjeuner de l'augerge/hôtel/guesthouse disponible hors des temps de repas)

  • bon wifi pour le CNED et les publications sur TheCatventures !

  • propreté

  • et tout ça dans nos tarifs ! On s'est fixé un tarif maximum pour chaque pays qu'on ne dépasse pas, mais évidemment pas de tarif minimum.

  • préférence pour les petites guesthouse (10 logements max) où l'on peut avoir un réel échange avec les propriétaires, sentiment d'être un peu dans un foyer (comme chez Alain de Rétro Kampot, Christine de la Villa Sangker à Battambang et Daniel de chez Han&Daniel à Siem Reap) et ne pas être dans l'anonymat des grands hôtels. Dans certains pays, nous n’utilisons plus Airbnb car nous avons constaté de gros abus sur les prix avec moins de service que dans une guesthouse par exemple. Par contre nous l’avons bien utilisé au Canada, ce qui permet d’avoir des logements avec cuisine et de cuisiner nous-mêmes.

Avantages de la période covid : beaucoup de dispo, pas nécessaire d'anticiper à plus de 2 ou 3 jours pour réserver. Inconvénients : de nombreux hébergements ont été laissés à l'abandon pendant 2 ans ou ont changé de propriétaire, très peu d'avis clients après 2019... Et les avis reflètent une réalité d’avant covid, qui ne laisse pas présager la situation actuelle (réduction d’effectifs, équipements dégradés, services non disponibles). En général nous réservons 2 ou 3 nuits seulement et nous prolongeons notre séjour une fois sur place si on s'y plaît.

Jusqu’ici, nous ne nous serons pas beaucoup trompés, mais nous passons pas mal de temps à la sélection des hébergements (souvent 2 heures JP et Elo pour 1 séjour « important » de plusieurs nuits).

Le plus gros flop 👎 : 2 nuits à Toronto à 110€/nuit dans un taudis airbnb d'à peine 8m² sans lumière du jour avec 1 canapé lit, 1 canapé et 1 matelas gonflable (qu'on n'a pas pu poser car c'était le lit ou les bagages) et l'impression de dormir dans la rue tellement les murs étaient fins. Bref on ne vous partage pas le bon plan ;)

Et un des meilleurs plans 👍 : 1 semaine à Kep au Cambodge dans un bungalow avec salle de bain privée, eau chaude, climatisation, piscine, très bien placé (10' à pied du marché aux crabes), vue sur mer d'un côté et montagne de l'autre, petits déjeuners compris pour 4 personnes, le tout pour 21€ par nuit !!


Repas :

Cela dépend des pays, mais en général, on essaie de cuisiner ou on prépare des sandwichs pour au moins 1 des repas journaliers pour éviter trop de restaurants (USA, Canada notamment). Dans d’autres pays, il est assez facile de trouver de bons plats avec un bon rapport qualité prix (Cambodge, Guatemala, Inde, Népal).

Donc au-delà des belles photos de super bons miams que l'on met d'habitude dans nos posts, voici les photos (moins "instagramables", je reconnais 😁) d'une autre partie du quotidien.

Nous avons avec nous depuis le 1er pays des tupperwares qui font « gamelles » ou stockage de repas pris en take-away ou de restes du resto du midi, deux petits sacs isotherme, quelques couverts en plastique apportés depuis la France, 1 Opinel. Nous avions 2 grands verres Ecocup achetés dans une auberge de jeunesse à Quebec que nous venons de perdre dans un transport au Népal, snif 😥. Toujours avec nous, 4 soupes de nouille déshydratées pour dépanner. Encore après 5 mois de voyage, les enfants adorent et ça fait un repas en cas d'imprévu. On trouve très souvent soit 1 micro-onde soit 1 bouilloire. On a même demandé de l’eau chaude dans le transcanadien pour en préparer pour varier des sandwichs ou des plats commandés dans le train.

Et nous récoltons parfois de petits trésors (mayonnaise en sachet individuel pour Morgan, Parmesan en sachet avec une commande de pizza au Cambodge : du PARMESAN !!! 😋)

Vêtements

Et oui, les enfants/ados de 10 et 13 ans ça grandit, même en tour du monde ! On a donc donné certaines affaires trop petites, d’autres ont été usées jusqu’à la corde. Pour les remplacer, il est très facile de faire des achats sur les marchés (Cambodge, Inde), sauf pour les chaussettes tailles 42 au Cambodge 😉. Et nos fils devaient avoir l’air un peu ternes malgré tout car Sukhita, la femme de Vijayan, leur a fait cadeau de 2 superbes t-shirts colorés tout neufs chacun ! Merci Sukhita !

Pour les chaussures, nous venons, au Népal de racheter une paire de chaussures de marche à chacun d’entre eux.

Coiffeur :

Et les cheveux aussi continuent de pousser en tour du monde ! Rien de plus simple que d’aller chez le coiffeur local et de montrer sur la photo de la coupe. On est chouchoutés et les prix sont imbattables. JP, Elo, Morgan et Gabin ont essayé le coiffeur guatémaltèque (de luxe pour JP et Morgan, plus modeste pour Gabin et Elo), puis les 3 hommes sont retournés se faire couper les cheveux au Cambodge, belle coupe khmère pour Morgan, les filles se retournaient encore plus sur son passage 😚. Le prochain coup, c’est sûrement le Népal, mais pour le moment on garde nos cheveux pour avoir chaud dans les Annapurnas.

Préparation passage des frontières :

La partie la plus délicate… Nous prévoyons 2 jours avant le vol / train pas trop loin de l'aéroport / gare pour faire toutes démarches tranquillement dans un hôtel avec bon wifi.

On peut alors vérifier les conditions d’entrée dans le pays suivant, remplir et éventuellement imprimer les papiers nécessaires (test covid, visa, téléchargement de l’appli « anti-covid » locale obligatoire, auto-déclaration de bonne santé, vol de sortie* de territoire, et j’en passe).

Ensuite on croise les doigts jusqu'au passage effectif de la frontière. La plus difficile à franchir a été la frontière américaine, avec un douanier tatillon mais hyper professionnel, qui nous a cuisinés pendant de longues minutes, croisant et recroisant toutes les informations pour vérifier que l'on restait cohérents... jusqu'à ce qu'on explique qu'on était en tour du monde, ce qui justifiait la provenance du Guatemala et la destination Cambodge !

Petits bobos :

Jusqu'ici nous avons traité la bobologie avec notre pharmacie simple emportée depuis Paris (désinfectant, pansements, double peau pour ampoules, anti diarrhéiques) et huiles essentielles. Stocks renouvelés au fur et à mesure si besoin dans les pharmacies.

Un seul problème un peu plus important avec un début d'infection au pied (ongle incarné), direction clinique française de Phnom Penh. Grâce à cela nous avons rencontré le Docteur Sebban et sa femme (voir post "Enfance au Cambodge"). Produits de soin :

Le minimum pris avec nous pour une économie de poids. Trousse de toilette ultra légère, shampoing solide facile à transporter. A l'arrivée dans chaque pays, achat d'un grand shampoing familial. Renouvellement des dentifrices au fur et à mesure.

Nettoyage des vêtements :

Nous avons une « autonomie » d'environ 1 semaine. Lavage dans les laveries automatiques ou service de "laundry" des hôtels au Cambodge où au Guatemala, entre 1$ et 2$ le kilo lavé séché plié. Lavage à la main pour dépanner, hyper pratique : la bassine présente dans toutes les salles de douches indiennes (là aussi, pas très glamour les photos 😁).

Bagages :

1 grand sac à dos chacun avec de petites pochettes pour organiser les vêtements (t-shirts/slips-chaussettes/etc) 1 petit sac à dos chacun avec des lectures (2 liseuses pour 4 et quelques livres achetés au fur et à mesure), du matériel électronique (principalement 2 PC ultra légers pour le CNED, le blog et les films du soir). Chacun refait son sac avance de changer de lieu mais on reste au moins 2 nuits à chaque endroit, parfois 3 ou 4 voir plus selon les lieux (ex : 8 nuits à Siem Reap près d'Angkor).

Nous avons aussi acheté 4 sur-sacs pour nos gros sacs à dos, bien pratiques pour les voyages en avion mais aussi pour protéger les sacs lors des transports sur le toit dans la poussière au Népal ou en Inde.

Téléphone & wifi :

A l'arrivée dans chaque pays, nous achetons une sim card prépayée locale pour la durée du séjour pour au moins l'un des 2 téléphones des parents. Permet d'appeler les numéros en local (hôtel, taxis, etc) et de compléter certains formulaires qui nécessitent un numéro local. Permet une alternative au wifi quand nécessaire. Nous est très utile en transit ou hors couverture wifi (comme à la Florida ;) pour continuer à organiser les transports, etc

Transports locaux :

Pour les renseignements sur transports locaux : nous privilégions les renseignements pris en direct car les locaux (nos hôtes en particulier) travaillent avec des personnes de confiance. La mise en relation nous a permis jusqu'ici de toujours avoir de bonnes expériences.

Le guichetier du Canadian Railway à la gare de Toronto nous a même permis d'économiser 400$ grâce à ses précieux conseils (acheter 1 billet complet Toronto-Vancouver avec 1 escale à Jasper plutôt que 2 billets séparés).

Marie nous a mis en relation avec Byron au Guatemala, Coumar avec Muthukumar à Pondichéry.

De manière générale, nous parlons avec les gens qui nous entourent, et avec le sourire. Même si l'on ne parle pas la même langue, on se comprend toujours. Si vraiment on n'arrive pas à se faire comprendre, il suffit de montrer l'image de ce que l'on cherche sur son téléphone ou d'utiliser un logiciel de traduction. Ainsi, avec des gestes et quelques mots d'anglais on peut demander une pince pour desserrer un trépied d'appareil photo au Cambodge, un 2eme drap pour que les enfants aient chacun le sien même s’ils partagent un lit double et ne se battent pas pour avoir exactement 50% du drap (au bout de 5 mois, de cohabitation dans un lit double, arriver dans une chambre avec lits séparés est un grand luxe très apprécié !).

Sur les réseaux sociaux, s'abonner aux groupes d'information des expats du prochain pays visité pour être informés des préoccupations/bons plans/etc. Les Applications sur téléphone : ne pas hésiter à télécharger de nouvelles apps sur son téléphone en fonction des usages locaux (au Cambodge Telegram plutôt que WhatsApp, PassApp pour la réservation de tuk tuks, foodpanda pour la livraison à domicile etc). Ca donne parfois des notifications assez marrantes (comme celle toute en khmer de Grab 😳).

Les billets d’avion :

En partant, nous n’avons pris qu’un aller simple Paris-Montréal. Puis nous avons pris des billets au fur et à mesure que notre trajet se construisait.

A chaque étape, nous prenons le billet d’avion suivant. Parfois il est obligatoire d’avoir un billet de sortie de territoire pour prouver que l’on ne restera pas dans le pays. Dans ce cas, soit nous achetons le véritable billet (comme à l’entrée en Inde, nous avions déjà acheté notre billet pour le Népal puisque nous étions limités par les 30 jours du visa indien et que nous savions que le Népal serait la destination naturelle suivante – proche géographiquement du nord de l’Inde). Il est possible aussi d’acheter un vrai billet valable temporairement (avec onwardticket par exemple). Ce service est payant, mais permet de garder toute la flexibilité de fixer sa date de sortie et sa destination suivante en fonction des nouvelles ouvertures de frontières.

Etant partis en fin de période de covid et tout début de réouverture de certains pays, il nous faut être adaptables et en permanence à l’écoute de ce qui se passe dans le monde.

Même hors période covid, il peut toujours y avoir des catastrophes naturelles (séismes, tsunamis) ou même des guerres (Ukraine…) qui nous amènent à modifier notre itinéraire.

A chaque étape, nous nous posons donc la question de l’étape suivante.

Bien sûr, nous avions préparé un itinéraire prévisionnel (pre covid) calé sur nos envies mais aussi sur les conditions climatiques.

Finalement, nous aurons presque visité les pays prévus, sauf la Russie… et probablement le Japon qui n’ouvrira probablement pas avant la fin de notre voyage.


Voilà pour l’aperçu de l’organisation de notre voyage.

Vous savez maintenant que nous ne faisons pas que nous prélasser sur les plages (en fait on ne le fait jamais 😊) mais on aime bien organiser tout ça finalement !

149 vues14 commentaires

Posts récents

Voir tout