Whakapapa🌋, Huka Falls & Wellington⛵

Dans le Parc National volcanique de Whakapapa, l'un des rares lieux doublement reconnus Unesco (culture maori et paysages), nous entrons vraiment dans l’automne. La succession de nuages et d’éclaircies offre un magnifique spectacle mais ne nous permettra pas de faire le trek du Tongariro. Mais quelques balades nous donnent déjà un aperçu des merveilles de la région.


Ce n’est que partie remise pour le Tongariro, nous tenterons à nouveau notre chance au retour, après l’Ile du Sud. Et nous avons vraiment envie de revenir, avec l’accueil chaleureux des 2 dames de l’Office du Tourisme de Whakapapa, si enthousiastes de voir leurs premiers touristes depuis 2 ans qu’elles nous ont donné une multitude de conseils de randonnées et découvertes à faire dans la région !


En attendant, nous décidons de reprendre la route vers le sud pour retrouver le soleil et le ciel bleu, ce sera chose faite à Wellington !

Crédit musique: W.Waiiura - Ka Wani Kē (Fabuleux, en maori). Vince Harder & Kings (2020).


En route, nous admirons le superbe bleu clair des eaux des Huka Falls et Morgan se dégourdit les jambes à Ohakune, la ville des maraîchers et son "Carrotland", petit parc kitch mais rigolo sur le thème des légumes 😁.


Puis nous retrouvons la douceur de vivre sur la belle ville côtière de Wellington, qui nous accueille quelques jours avant de prendre notre ferry pour l’Ile du Sud.



Un dernier mot : Vous êtes notre whānau !

Littéralement, whānau se traduit par le mot famille. Mais dans la société maorie, une famille n'est pas le noyau familial défini par la société occidentale. Dans la société moderne, whānau peut également être décrit comme un groupe de personnes qui ne sont pas liées, mais qui sont liées pour atteindre un objectif commun, partager une cause ou un intérêt commun.

Les whānau reconnaissent que chaque membre du whānau est soutenu par les autres membres du whānau et sont unis comme un seul. Les connaissances et les ressources sont partagées au sein du whānau pour s'autonomiser mutuellement, donc pour autonomiser le whānau.

Un whānau physiquement et mentalement sain permet au whānau de réussir et de surmonter les problèmes avec un plus grand soutien. Il n'y a pas de sentiment d'isolement dans un whānau.



97 vues2 commentaires

Posts récents

Voir tout